Tite 2:13

Publié le par bleu_lagon

Voici ce verset dans différentes traductions :

Segond — " en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus Christ. "

TMN — " du grand Dieu et du Sauveur de [nos personnes], Christ Jésus. "

Le Nouveau Testament — par E. Arnaud : " du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ "

Glaire — " du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ "

La Bible de la famille et de la jeunesse — " du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ "

Oltramare — " du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ "

Chouraqui — " du grand Elohim et de notre sauveur le messie Yéshoua’ "

Annotée Neuchâtel — " de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ. "

Darby — " de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ. "

Martin 1744 — " du grand Dieu, et notre Sauveur, Jésus-Christ. "

Ostervald — " de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ. "

Semeur — " de Jésus-Christ, notre grand Dieu et Sauveur. "

BFC — " de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ."
Note : autre traduction ' du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ '.

Jérusalem — " de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ Jésus. "

King James Version — " du grand Dieu et notre Sauveur Jésus-Christ. "

Bible de l'épée — " de notre grand Dieu et Sauveur, JÉSUS-CHRIST. "

TOB — " de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ."

Crampon — " de notre grand Dieu et Sauveur. "

Bible de la liturgie — " la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur. "

Que remarquez-vous? De nombreuses traductions attribuent les mots " grand Dieu " et " Sauveur " à Jésus-Christ. Certaines traductions rendent cependant ce passage de manière à établir une distinction entre Dieu et Jésus. C'est le cas de la TMN, de la Bible Segond et Oltramare. La BFC, quand à elle, indique en note que ce verset peut être traduit d'une manière qui, disons-le, ne va pas dans le sens de la Trinité : " Du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ. "

ANALYSE DES NOTES DE LA BIBLE ANNOTÉE NEUCHÂTEL

Ces notes expliquent le choix des traducteurs qui appliquent les titres " Dieu " et " Sauveur " à Jésus-Christ dans ce verset :

" Le sens de ces dernières paroles peut être sujet à quelque doute. Nous traduisons : l'apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ, et non : "du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ," comme le font plusieurs, parce que cette première version est plus conforme au texte grec. (Comparer Romains 9.5 note)
Toutefois, le sens de nos versions ordinaires est possible, quoique peu probable. Du reste, cette question que ni la grammaire ni la dogmatique ne décident d'une manière absolue, se présente fréquemment en des passages tels que les suivants : 2Pierre 1.1 ; Jude 4 ; 2Thessaloniciens 1.12.
Et si même dans les paroles qui nous occupent ici on voulait faire une distinction entre le grand Dieu et le Sauveur Jésus-Christ, ce texte n'en serait pas moins une preuve directe de la divinité de Christ, puisque la gloire de Dieu est sa gloire. "

Remarquez qu'après avoir justifié leur choix de traduction en disant que celle-ci " est plus conforme au texte grec ", les traducteurs précisent cependant que " ni la grammaire ni la dogmatique [partie de la théologie qui traite des dogmes] ne décident d'une manière absolue " du sens à donner à cette phrase.

La note sur Romains 9:5 donnée en référence ne nous aide guère car elle précise que la louange que contient ce verset peut très bien se " rapporter soit au Christ lui-même, soit à Dieu le Père, " et que " la question ne peut être [finalement] tranchée que par l'exégèse ". Une recherche approfondie sur Romains 9:5 nous prouve toutefois que le texte grec peut très bien être rendu d'une manière qui ne soutient pas la Trinité. Ce passage ne peut donc servir de confirmation de ce dogme. [Voir mon analyse de Romains 9:5, datée du 27 septembre 2010]


La même difficulté se présente dans d'autres versets nous dit cette note. Et de citer trois passages : 2Pierre 1:1 ; Jude 4 ; 2Thessaloniciens 1:12.

LA MÊME CONSTRUCTION ET DES NOTES QUI EN DISENT LONG

Consultons donc le premier de ces versets dans la même Bible et lisons la note qui y est associée pour voir si elle nous éclaire. Ajoutons-y la lecture du verset 2, ce qui nous permettra de relever, par la même occasion, une bien curieuse particularité de la Bible de Jérusalem :

2 Pierre 1:1, 2 (Annotée Neuchâtel) : " Syméon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage avec nous une foi de même prix en la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ. [verset 2] La grâce et la paix vous soient multipliées, en la connaissance de Dieu et de Jésus, notre Seigneur ! "

2Pierre 1:1, 2 (Jérusalem) : " Syméon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus Christ, à ceux qui ont reçu par la justice de notre Dieu et Sauveur Jésus Christ une foi d'un aussi grand prix que la nôtre, [verset 2] à vous grâce et paix en abondance, par la connaissance de notre Seigneur ! " [Notez que la connaissance de Dieu et de Jésus se résume ici à l'unique ' connaissance du Seigneur '...].

La note dans la Bible Annotée Neuchâtel : " Avec la majorité des interprètes, nous traduisons : de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ. Il serait plus conforme à la grammaire grecque de traduire : de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ, car l'article n'est pas répété devant Sauveur. "

On peut se demander pourquoi les traducteurs n'ont pas adopté la leçon — de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ — si celle-ci était véritablement ' plus conforme à la grammaire grecque '... Est-ce pour faire comme tout le monde? Pas vraiment. En vérité, c'était parce que le contexte immédiat l'exigeait. En effet, le verset 2 juste après dit : " La grâce et la paix vous soient multipliées, en la connaissance de Dieu et de Jésus, notre Seigneur ! "

Que la connaissance de Dieu et de Jésus nous soient nécessaire, c'est bien ce que Jésus lui-même a dit en Jean 17:3 : " Or c'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. "

Puisque nous devons connaitre et Dieu et Jésus, selon 2 Pierre 1:2 — ce qui fait bien quoi que l'on fasse deux personnes à connaître — il y a forcément deux personnages aussi dans le verset 1 de 2 Pierre, sinon le texte devient incohérent. Evidemment, une telle incohérence n'apparaît pas dans Jérusalem car seule la ' connaissance du Seigneur ' est évoquée au verset 2...

Quoi qu'il en soit, des recherches s'imposent sur cette question de l'absence d'article devant Sauveur... Nous y reviendrons.

Lisons à présent le second verset, Jude 4 : " Car certains hommes se sont glissés parmi vous, qui, depuis longtemps, sont inscrits d'avance pour ce jugement ; des impies qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul Maître et Seigneur, Jésus-Christ. "

La note : " L'absence de l'article devant Seigneur montre que les deux titres Maître et Seigneur s'appliquent à Jésus-Christ. "

Toujours cette histoire d'article absent...

Troisième verset, 2Thessaloniciens 1:12 : " Afin que le nom de notre Seigneur Jésus soit glorifié en vous, et vous en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus-Christ. "

Ici, les traducteurs séparent nettement Dieu de Jésus. Aucun commentaire dans la note sur l'absence de l'article devant Seigneur. Voyez-vous pourquoi les traducteurs ont opté pour cette leçon qui sépare les mots " Dieu " et " Seigneur ", malgré l'absence de l'article? La réponse se trouve là encore dans le contexte immédiat.

En effet, 2Thessaloniciens 1:1 et 2 dit : " Paul et Silvain et Timothée, à l'Eglise des Thessaloniciens qui est en Dieu notre Père, et dans le Seigneur Jésus-Christ : Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ ! " Vous aurez noté que par deux fois Paul sépare nettement Dieu du Seigneur Jésus-Christ, au début de sa lettre. Par conséquent, il est logique d'en conclure qu'il en fait autant une dizaine de versets plus loin.


EPHÉSIENS 5:5 : LA CLÉ

Les trois textes bibliques donnés en référence en Tite 2:13 par la Bible Annotée Neuchâtel ne sont pas les seuls à présenter une construction semblalbe à celle de ce verset. La même construction se retrouve en Ephésiens 5:5. La Bible Annotée Neuchâtel traduit ce passage ainsi : " Car vous savez ceci : qu'aucun fornicateur, ou impur, ou avare, qui est un idolâtre, n'a d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu. "

Soyez maintenant bien attentif à ce que dit la note à ce verset : " Les commentateurs se divisent, sans distinctions d'écoles et de partis, sur la question de savoir s'il faut traduire : "le royaume de Christ et de Dieu" ou "le royaume du Christ et Dieu."

Dans le premier cas, Paul désignerait deux personnes, Jésus-Christ et Dieu le Père ; dans le second, une seule personne, le Christ, auquel il attribuerait l'épithète de Dieu.

Cette dernière interprétation se base sur le fait que, dans le texte grec, l'article qui se trouve devant Christ n'est pas répété devant Dieu et que ces deux termes semblent ainsi étroitement unis. Ce serait la même construction que dans ces mots "notre Dieu et Père." (Ephésiens 5.20 ; 1Corinthiens 15.24) Comparer 2.13, note. Mais ni la grammaire ni l'analogie de ces passages ne sauraient trancher la question d'une manière certaine. On remarque, en effet, que la répétition de l'article n'est pas indispensable quand deux termes consécutifs doivent désigner des personnes différentes. "

La phrase que j'ai surlignée prouve ici la futilité de tout ce bruit fait autour de Tite 2:13. Ephésiens 5:5 est construit comme Tite 2:13 et dans les deux cas " la répétition de l'article n'est pas indispensable quand deux termes consécutifs doivent désigner des personnes différentes ". Par conséquent, même sans article défini après Sauveur, Tite 2:13 peut parfaitement être rendu par : " du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ ".

Soit dit en passant, si les commentateurs de la Bible Annotée Neuchâtel avaient renvoyé le lecteur à la note figurant à Ephésiens 5:5, dans Tite 2:13, cela aurait évité bien des interrogations et des recherches longues et fastidieuses. Mais, à bien y réfléchir, ils ne pouvaient pas le faire. Pourquoi? Parce que la note en Tite 2:13 contredit celle d'Ephésiens 5:5 ! Relisez-les pour vous en convaincre...


POUR LES FÉRUS DE GREC

En Tite 2:13, on trouve deux noms reliés par la conjonction καί (kaï " et "), le premier étant précédé de l’article défini του̃ (tou " du " = " de le ") et le second sans l’article défini.

Dans Tite 2:13, ce sens de " du grand Dieu, et de notre Sauveur Jésus Christ (...) est possible dans la κοινή [koïnê] même sans la répétition [de l’article défini] ". (C. Moule An Idiom Book of New Testament Greek, Cambridge 1953, p. 109).

Une étude minutieuse de cette construction en Tite 2:13 se trouve dans le livre de E. Abbot The Authorship of the Fourth Gospel and Other Critical Essays (Boston 1888, p. 439-457). Voici ce que l’auteur dit à la p. 452 : " Prenons un exemple dans le Nouveau Testament. En Matt. xxi. 12 on lit que ‘ Jésus a jeté dehors tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple ’ : tous pôlountas kaï agorazontas. Il ne serait pas raisonnable de penser que les gens mentionnés dans ce verset étaient à la fois les vendeurs et les acheteurs. Dans Marc les deux catégories sont distinguées par l’emploi de tous devant agorazontas ; on s’en remet ici à l’intelligence du lecteur pour les différencier.

Dans le cas qui nous occupe [Tt 2:13], il me semble que l’omission de l’article devant sôtêros ne fait pas difficulté — non parce que sôtêros serait suffisamment défini par l’adjonction de hêmôn (Winer) ; en effet, puisque Dieu tout comme Christ est souvent appelé ‘ notre Sauveur ’, s’il n’y avait que les termes qui suivent doxa tou mégalou théou kaï sôtêros hêmôn, ils s’entendraient tout naturellement d’un seul sujet, à savoir Dieu, le Père ; mais en adjoignant Iêsou Khristou à sôtêros hêmôn, on change tout : le sôtêros hêmôn ne s’applique alors qu’à une seule personne [ou être] qui, selon les habitudes de langage de Paul, se distingue de la personne [ou être] que l’apôtre désigne par ho théos, de sorte qu’il n’était pas utile de répéter l’article pour éviter l’ambiguïté. De même, en 2 Thess. i. 12, l’expression kata tên kharin tou théou hêmon kaï kuriou se rapporterait naturellement à un seul sujet, et l’article serait nécessaire devant kuriou si deux personnes étaient désignées ; mais en adjoignant simplement Iêsou Khristou à kuriou, on montre clairement que les deux sujets sont distincts, et cela sans employer l’article. "

On trouve des exemples de la même construction dans le texte grec en Actes 13:50 ; 15:22 ; 1Timothée 5:21 ; 6:13 ; 2Timothée 4:1. Cette construction se rencontre aussi dans la Septante. En Proverbes 24:21, nous lisons (Segond) : " Mon fils, crains l'Éternel et le roi. " [En grec : " phobou ton théon, huïé, kaï basiléa, "] Ici, deux personnes distinctes, " Dieu " et le " roi ", sont reliées en grec par la conjonction kaï, " et ". En grec l’article défini se trouve devant la première personne, mais il n’était pas nécessaire de le mettre devant la seconde personne ; il a donc été omis.


CONCLUSION

Ainsi donc, après maintes recherches et comparaisons, on constate une fois de plus que ce passage, Tite 2:13, peut être rendu d'une manière qui ne soutient d'aucune façon le dogme de la Trinité. Bien que les auteurs de la Bible Annotée Neuchâtel affirment que leur manière de traduire ce verset — par " la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ. " — " est plus conforme au texte grec ", à cause de l'absence de l'article devant Sauveur, il n'en est rien en vérité. Nous retiendrons que, de leur propre aveu (note en Ephésiens 5:5) : " La répétition de l'article n'est pas indispensable quand deux termes consécutifs doivent désigner des personnes différentes. "

Henry Alford déclarait: " À mon sens, [une traduction qui différencie clairement Dieu du Christ en Tite 2:13] satisfait à toutes les exigences grammaticales de la phrase; elle est à la fois plus probable du point de vue de la construction et du contexte, et elle correspond mieux à la façon d’écrire de l’apôtre ." — The Greek Testament (Boston, 1877), tome III, p. 421.

Par conséquent, Tite 2:13 ne peut légitimement pas être invoqué pour prouver la Trinité.

Publié dans La Trinité

Commenter cet article

Henry Saker 09/09/2011 20:22


Non il n'en fallait pas ! Et en Tite 2,13, il en fallait ?

La Watchtower n'enseignait -elle pas que Jésus devait être adoré ? " Adorer ", on entend par là que Christ est Dieu, s'il est adoré...Pourquoi la Watchtower a t-elle changé ses enseignements ? J.
Rutherford n'écrivait-il pas Jésus était le Seigneur Tout-Puissant ? Qu'est ce qui a bien changé dans votre enseignement ? Une organisation venant de Dieu peut-elle se tromper en dogme ? Es ce
possible ?

Bien à vous !


bleu_lagon 06/12/2011 22:11



Bonjour Henry. En effet, la WT enseignait autrefois que Jésus pouvait et même devait être adoré. Le verbe proskunéô pouvant indifféremment être traduit par "adorer" ou "rendre hommage", les
étudiants de la Bible de l'époque (toujours fortement influencés par les croyances de la chrétienté) ne voyaient aucun mal à enseigner cela. Mais la connaissance va grandissant, conformément au
texte des Proverbes qui dit que " le sentier des justes est comme la lumière brillante dont l'éclat augment jusqu'à ce que le jour soit solidement établi " (4:18). Un examen attentif des
Ecritures démontre que Jéhovah Dieu seul peut et doit être adoré. Jésus lui-même l'a dit : Lisez matthieu 4:10.


Une organisation venant de Dieu peut-elle se tromper ? Qu'en pensez-vous ? les apôtres de Jésus étaient-il membres de l'organisation de Dieu ? Evidemment, répondrez-vous sans doute. Pourtant, une
chose saute aux yeux quand on lit les évangiles et les Actes des apôtres : ces hommes de foi ont souvent tirés des conclusions attives et... fausses. Ils se sont trompés, maintes et maintes fois.
Jésus a patiemment redressé leur mauvais point de vue et, après sa mort, c'est grâce à leur étude de la Bible (et à l'influence de l'esprit saint) que ces hommes ont corrigé leurs croyances
et leurs actes (voir par exemple Jean 11:16 ; Luc 24:21 ; Actes 1:6, 7 et chapitre 15...). Les Témoins de Jéhovah se sont trompés et se tromperont sans doute encore. Mais ils ont l'humilité de le
reconnaître et de corriger ce qui doit l'être, tant dans leur conduite que dans leurs enseignements, quand la lumière de la parole de Dieu les éclaire sur un point précis. Tout vient à point. Je
crois sincérement que tel est véritablement la volonté de Dieu. Celui qui a été enfermé dans le noir le plus complet durant des semaines ne peut pas regarder la lumière du jour subitement : il
perdrait la vue. Exercez votre discernement pour comprendre cette dernière illustration...


Cordialement, Bleu_lagon. 



Henry Saker 29/08/2011 11:46


Et pourtant, et Pourtant...

''--- Non, mais continuez à croître dans la faveur imméritée et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ---'' [2 Pierre 3,18]

Ici, TMN, mais pas de crochets...!


bleu_lagon 08/09/2011 13:15



Pourquoi ? Il en fallait ?