Fils unique, unique-engendré

Publié le par bleu_lagon

" Tout le peuple se faisant baptiser, Jésus fut aussi baptisé; et, pendant qu'il priait (...) une voix fit entendre du ciel ces paroles: Tu es mon Fils bien-aimé; en toi j'ai mis toute mon affection." (Luc 3:21, 22 Segond)

Qui appelle Jésus " mon Fils " ici ? Vous le savez : il s'agit du Créateur Tout-Puissant, Jéhovah.

Cette révélation divine, Jean le baptiste s'en fera le porte-parole jusqu'à la fin de sa vie (Jean 1:32 à 34). D'autres hommes après lui, ayant suivit Jésus partout où il allait, ont acquis cette conviction : Jésus était bel et bien le Fils de Dieu (Matthieu 16:16).

Mais que signifie réellement ce titre (ou nom) donné à Jésus ? Celui-ci fait-il de lui un être à part, membre d'une divinité composée de trois personnes distinctes, Père, Fils et Saint Esprit ?

En outre, ce titre s'accompagne souvent d'autres qualificatifs pour former des termes comme " Fils unique " (en Jean 3:16 dans Segond), ou même " le dieu unique-engendré " (en Jean 1:18 dans la Traduction du Monde Nouveau). Voila qui réclame notre attention.

Les fils de Dieu

Jésus est-il le seul a porter le titre de fils de Dieu, dans la Bible ? Non. Luc, après avoir relaté le baptème de Jésus, dresse sa généalogie. Et nous lisons en Luc 3:38 : " Fils d'Enos, fils de Seth, fils d'Adam, fils de Dieu." En l'occurence, ce titre est ici attribué au premier homme créé par Dieu : Adam.

Ailleurs, comme en Job 1:6, par exemple, les anges sont également appelés " fils de Dieu ". Et des fils angéliques, Dieu en a des tas et des tas ! Daniel 7:10 fait état de " une myriade de myriades " (ou dix mille fois dix mille = 100 millions) d'anges qui servent Dieu.

Pourquoi Adam et ces multitudes d'anges sont-ils tous appelés fils de Dieu ? Parce qu'ils lui doivent tous la vie. Dieu est le Créateur et ses fils sont ses créatures. Aussi, qu'en est-il de Jésus ? Ce titre qui lui est attribué signifie-t-il autre chose dans son cas ?

Fils unique

En Jean 3:16 (Segond), nous lisons : " Car Dieu a tellement aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle."

Voila une expression qui nous interpelle. Car puisque Dieu a une multitude de fils, pourquoi Jésus est-il appelé le " Fils unique " ?

La Bible Annotée Neuchâtel donne ce commentaire en Jean 1:14 :

" Ici se trouve pour la première fois, ce terme de Fils unique (grec unique né), qui ne se rencontre que dans les écrits de Jean, (Jean 1.18 ; 3.16-18 ; 1Jean 4.9) et qui exprime si bien le rapport métaphysique et exclusif du Fils de Dieu avec son Père. Tous les hommes régénérés, nés de Dieu, sont enfants de Dieu, fils de Dieu ; (Romains 8.14 et ailleurs) mais le nom de Fils unique élève la pensée à une relation divine à laquelle aucune créature ne peut prétendre. Paul exprime à peu près la même idée par le terme de premier-né. (Colossiens 1.15) "

Qu'est-ce que la métaphysique ? C'est une réflexion philosophique qui a pour objet la connaissance rationnelle de la nature des choses. Comme synonymes citons : abstrait, spéculatif, surnaturel ou transcendant.

Conscient de la mise en garde de Paul qui figure dans sa lettre aux Colossiens (2:8), nous allons plutôt chercher à savoir ce que la Bible elle-même dit pour comprendre vraiment ce qu'il faut entendre par " fils unique " !

La note de la Bible Annotée Neuchâtel à ceci de bien qu'elle fait référence au texte grec, texte selon lequel l'expression littérale pourrait (ou devrait ?) être traduit par " unique né. " Vous aurez également relevé que la note renvoie à Colossiens 1:15 en affirmant que Paul exprime là à peu près la même pensée. Nous y reviendrons...

En attendant, l'examen du mot grec utilisé par Jean ici nous fera nous pencher sérieusement sur la manière dont les Témoins de Jéhovah ont traduit Jean 3:16.

Fils unique-engendré

La Traduction du monde nouveau des Témoins de Jéhovah rend ainsi Jean 3:16 : " Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique-engendré [grec monogénês], afin que tout homme qui exerce la foi en lui ne soit pas détruit mais ait la vie éternelle. "

Nous avons vu que les commentateurs de la Bible Annotée Neuchâtel rendent monogénês par unique né, ce qui est somme toute assez proche de unique-engendré. Remarquons que la Vulgate de Jérôme rend monogénês par unigenitus, ce qui signifie " unique-engendré " ou " unique ". De nombreux lexicographes reconnaissent que ce mot a un lien avec la naissance ou l’origine.

Par exemple, dans son ouvrage (Greek and English Lexicon of the New Testament, 1885, p. 471), Edward Robinson donne de monogénês la définition suivante : " Unique-né, unique-engendré, c.-à-d. enfant unique. "

W. Hickie (dans Greek-English Lexicon to the New Testament, 1956, p. 123) lui prête aussi le sens d’" unique-engendré ".

Un dictionnaire explique pareillement : " μονο- [mono-] ne se rapporte pas à la source, mais à la nature de la provenance. μονογενής [monogénês] signifie donc : unique-engendré, seul engendré, c.-à.-d. sans frère ni sœur, ce qu’on peut rendre [...] simplement par : unique. Il désigne le seul enfant qu’ont des parents, principalement par rapport à eux. [...] Mais il peut également être utilisé dans un sens plus large, sans référence à l’extraction, si bien qu’il veut dire : unique, incomparable, sans pareil. " — Theologisches Wörterbuch zum Neuen Testament, par G. Kittel, vol. IV, 1942, p. 745, 746.

Naturellement, monogénês n'est pas attribué uniquement à Jésus dans les Ecritures. Il est donc interressant de voir quels sont ceux qui sont concernés par les autres utilisations qui sont faites de ce mot.

Les Écritures parlent du monogénês [ fils unique (Segond), fils unique-engendré (Traduction du Monde Nouveau)] d’une veuve qui habitait la ville de Naïn, de la " fille unique-engendrée " de Jaïrus et du fils " unique-engendré " d’un homme que Jésus débarrassa d’un démon (Luc 7:11, 12 ; 8:41, 42 ; 9:38).

La Septante emploie monogénês lorsqu’elle parle de la fille de Jephthé, dont il est dit : " Et elle était fille unique ; à part elle, il n'avait ni fils, ni fille." (Juges 11:34, Segond).

Dans tous ces exemples, il est clair que monogénês a un lien avec la naissance ou l’origine de ces personnes. Alors pourquoi monogénês est-il également attribué à Jésus ? Pourrait-on même dire de lui, en supposant qu'il soit une créature de Dieu, qu'il est le " fils unique-engendré " de Dieu, alors même que Dieu à une multitude de fils ?

Le cas très particulier d'un certain monogénês mérite notre attention.

Isaac, fils unique-engendré d’Abraham

Paul parla d’Isaac comme étant le " fils unique " [ou le " fils unique-engendré " (Traduction du Monde Nouveau); monogénês] d’Abraham (Hébreux 11:17).

Or, en vérité, Abraham fut aussi père de Ismaël par Agar et de plusieurs fils par Ketura (Genèse 16:15 ; 25:1, 2 ; 1Chroniques 1:28, 32). Pourquoi Isaac est-il donc appelé le fils unique (ou unique-engendré) d'Abraham ?

En vérité, l’alliance divine fut établie uniquement par l’intermédiaire d’Isaac, le seul fils qu’eut Abraham à la suite d’une promesse divine, et aussi le seul fils de Sara (Genèse 17:16-19). De plus, au moment où Abraham offrit Isaac, celui-ci était le seul fils dans la maisonnée de son père. Aucun fils n’était encore né de Ketura, et Ismaël, qui était parti depuis environ 20 ans, était sans aucun doute marié et chef de sa propre maisonnée. (Genèse 22:2).

Ainsi, à différents points de vue, par rapport à la promesse et à l’alliance, choses qui faisaient l’objet de la lettre de Paul aux Hébreux, Isaac était le fils unique-engendré d’Abraham. Paul établit donc un parallèle entre " les promesses " et le " fils unique " (ou " unique-engendré ") d’une part, et " ‘ ta postérité ’ (...) par Isaac " d’autre part (Hébreux 11:17, 18).

Que Josèphe ait eu ou non un point de vue semblable, il parla lui aussi d’Isaac comme du " fils unique " d’Abraham. (Antiquités judaïques, I, 222; XIII, 1).

Retenons que l'adjectif " unique " dans le cas d'Isaac ne signifie pas qu'il fut le seul enfant d'Abraham. Mais Isaac était " unique " car il était le résultat de l'union d'Abraham avec son épouse légitime (Sara), d'une part, et en accomplissement de la promesse de Dieu, d'autre part.

Jésus pourrait-il aussi être " unique " dans un sens très particulier, parmi les milliers d'autres fils de Dieu angélique ?

La façon de voir des Témoins de Jéhovah

Voici ce que dit l'ouvrage Etude perspicace des Ecritures, tome 2, pages 1126 (publié par les Témoins de Jéhovah) :

" L’apôtre Jean qualifie à maintes reprises le Seigneur Jésus Christ de Fils unique-engendré de Dieu (Jn 1:14 ; 3:16, 18 ; 1Jn 4:9). Il n’est pas fait en cela référence à sa naissance humaine ni à lui comme étant simplement l’homme Jésus. En tant que Logos, ou Parole, " celui-ci était au commencement avec Dieu ", même " avant que le monde soit ". (Jn 1:1, 2 ; 17:5, 24.) À cette époque-là, dans son état d’existence préhumaine, il est présenté comme le " Fils unique-engendré " que son Père a envoyé " dans le monde ". — 1Jn 4:9.

Il est dit de lui qu’il a " une gloire comme celle d’un fils unique-engendré et qui vient d’un père ", étant celui qui réside " dans le sein du Père ". (Jn 1:14, 18.) On peut difficilement imaginer des relations plus étroites, plus intimes, ou plus affectueuses et tendres que celles-ci entre un père et son fils.

Les anges des cieux sont des fils de Dieu de même qu’Adam fut un " fils de Dieu ". (Gn 6:2 ; Jb 1:6 ; 38:7 ; Lc 3:38.) Mais le Logos, plus tard appelé Jésus, est le " Fils unique-engendré de Dieu ". (Jn 3:18.) Il est le seul de son genre, le seul que Dieu lui-même ait créé directement, sans l’intermédiaire ou la collaboration d’aucune créature. Il est le seul que Dieu, son Père, ait utilisé pour amener à l’existence toutes les autres créatures. Il est le premier-né et le principal parmi tous les autres anges (Col 1:15, 16 ; Hé 1:5, 6), anges que les Écritures appellent " ceux qui sont de condition divine " ou " dieux ". (Ps 8:4, 5.) "


Plusieurs points ont retenu mon attention. Revoyons-les ensemble, si vous le voulez bien.

En premier lieu, il est clair que Jésus porte ce titre de monogénês depuis bien longtemps, avant même sa venue sur terre. En 1Jean 4:9 nous lisons en effet : " L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique [ou " unique-engendré ", en grec monogénês] dans le monde, afin que nous vivions par lui." Ce n'est donc pas un titre qui s'applique à Jésus depuis qu'il est descendu parmi nous.

Ensuite, et c'est le point qui nous intéresse le plus, les Témoins de Jéhovah avancent une explication à l'adjectif " unique " utilisé pour Jésus. Ainsi, Jésus serait " unique " car il serait le seul fils de Dieu créé directement par Dieu lui même. Tous les autres fils de Dieu (des millions d'anges) auraient vu le jour par l'intermédiaire de Jésus, Dieu utilisant son premier fils comme un ouvrier pour amener tout le reste à l'existence.

Une telle explication est-elle bibliquement défendable ? Si nous tenons compte des différents arguments avancés depuis la création de ce blog, oui.

Revenons ensemble sur les grandes lignes :

Jésus se présente lui-même comme " le commencement [grec arkhê] de la création de Dieu." (Apocalypse 3:14, Segond). Paul l'appelle " le premier-né de toute la création (Colossiens 1:15, Segond ; " de toute créature ", Jérusalem). Dans le livre des Proverbes au chapitre 8 verset 22, la sagesse personnifiée (identifiée à Jésus ; voir note dans Jérusalem) dit elle aussi avoir été ' crée ' (Bible du Rabbinat français, Jérusalem) ou " produite " (Traduction du Monde Nouveau), " engendrée " (Traduction Œcuménique de la Bible), " conçue " (Bible en Français Courant) par Dieu. Dans le même chapitre (versets 24, 25) , la sagesse dit avoir été " enfantée " (Semeur), " conçue " (Chouraqui) ou " engendrée " (Martin 1744 et Ostervald), autant d'expressions qui font nettement penser à une création de la personne qui parle ici.

Avec cette façon de voir les choses, l'expression " fils de Dieu " tombe sous le sens. Elle signifie la même chose que pour tous les autres fils de Dieu, à savoir que Jésus compte parmi les créatures de Jéhovah. Le mot " engendré " confirme encore cette notion. Enfin, Jésus est appelé " fils unique " car il fut créé par Dieu seul, alors que toutes les autres créatures ont vu le jour avec la collaboration de Jéhovah et Jésus, ce dernier étant présenté comme un habile ouvrier de Dieu dans le livre des Proverbes (8:30).

La réponse des partisans de la Trinité

A tous ces arguments bibliques, les partisans de la Trinité opposent quoi ? Pour tout dire, des raisonnements philosophiques.

Considérez ceci : Pour eux, lorsque Jésus dit être " le commencement de la création de Dieu " (Apocalypse 3:14) il ne faut pas en conclure qu'il fait partie de la création mais bien plutôt qu'il est au-dessus d'elle, qu'il en est le grand Principe, la Cause première. Il faudrait donc attribuer au mot grec arkhê (utilisé par Jean dans ce verset) un sens différent de celui qu'il lui donne partout ailleurs (23 fois au total), celui évident de " commencement " (en opposition au mot " fin ").

Quand les Ecritures attribuent le titre " premier-né de toute la création" à Jésus (en Colossiens 1:15), nous devrions comprendre que Jésus a la primauté sur la création, sans en faire partie, bien entendu. Cela serait vrai même si, comme le reconnaissent des commentateurs : " Ces mots, dans le sens purement grammatical, peuvent signifier que Christ est lui-même mis au rang de la création. " (Bible Annotée Neuchâtel)

En Proverbes 8, on tente d'atténuer l'idée maîtresse des versets qui présentent la naissance de la sagesse personnifiée en disant que Dieu l'a " possédée ", au lieu de " créée ", "produite " ou engendrée ". Cependant, même les auteurs de la Bible Annotée Neuchâtel (qui croient à la Trinité) sont obligés de reconnaitre que " cette possession [de la sagesse] à été précédée par une acquisition " ; Or, puisque Dieu a toujours été sage, cette " sagesse " acquise par Dieu ne peut être qu'une personne en qui Dieu a mis une extraordinaire intelligence et une sagesse remarquable, une personne qui, redisons-le, n'a pas toujours existée.

Poussons plus loin ces remarques et signalons que même le titre " fils de Dieu ", quand il s'applique à Jésus, trouvent, dans la bouche des partisants de la Trinité, une interprétation différente de celle à laquelle on pense naturellement. Quand il s'agit des anges ou d'Adam, cela ne fait aucun doute : l'appellation " fils de Dieu " fait référence à leur origine et l'on pense que tous ont été créés. Et en ce qui concerne Jésus ? Il est clair que cette explication ne convient plus et l'on tente de lui attribuer une signification métaphysique complexe que peu de croyants sont à même d'énoncer en terme simple.

Enfin, nous connaissons tous cet article de foi concernant Jésus : " engendré mais non créé. " Là encore, il est indispensable de recourir à la philosophie pour tenter d'expliquer (mais est-ce seulement possible ?) que quelqu'un puisse être engendré sans être créé. Les dictionnaires donnent du mot " engendrement " : " acte de procréer " ; " action de donner, de produire la vie ". Toujours selon les partisans de la Trinité, lorsque ce terme s’applique à Jésus, il faut l’entendre au " sens d’une relation qui n’a pas eu d’origine ", d’une sorte de relation de fils unique sans qu’il y ait eu engendrement (Dictionnaire interprétatif des mots de l’Ancien et du Nouveau Testament, angl., de Vine). Cela vous semble-t-il logique ?

En résumé, le mot " commencement " ne signifie pas commencement ; l'expression " premier-né " ne signifie pas premier-né ; le mot " fils " ne signifie pas vraiment fils et le mot " engendré " ne signifie pas non plus engendré ! Ne croyez-vous pas qu'un observateur impartial pourrait à bon droit y voir là des tentatives répétées pour faire dire au texte ce qu'il ne dit pas ?

Le dieu unique-engendré ?

Cette étude ne serait pas complète sans cette expression surprenante que l'on trouve en Jean 1:18 dans la Traduction du monde nouveau. Ce verset se lit ainsi dans cette version : " Aucun homme n’a jamais vu Dieu ; le dieu unique-engendré qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a expliqué."

Je n'ai trouvé trace de cette leçon dans aucune autre Bible. Si vous trouvez, n'hésitez pas à me laisser un commentaire.

Là encore, des recherches s'imposaient. En fait, cette leçon est celle contenue dans l'un des plus anciens manuscrits que nous possédons, à savoir le Papyrus Bodmer XIV-XV (communément appelé P75), daté d'environ 200 de notre ère.

Par ailleurs, le Codex Sinaiticus ( IVème siècle de notre ère ; nommé א ou ’Alèph) contient la leçon " dieu unique-engendré " ; Notez cependant qu'une note d'un correcteur du codex justifie le rétablissement de l’article défini dans l’expression " le dieu unique-engendré ".

D’autres manuscrits anciens appuient la traduction " dieu unique-engendré ". Citons le Papyrus Bodmer II (P66), environ 200 de notre ère ; le Codex Vaticanus (B), 1209, IVème siècle de notre ère (03) ; et aussi le Codex Ephræmi Syri rescriptus (C), Vème siècle de notre ère.

Un ouvrage biblique (The Expositor’s Greek Testament) admet ce qui suit au sujet de Jean 1:18 : " L’autorité des MSS [manuscrits] pèse en faveur de la leçon θεός [théos, dieu] tandis que les versions et les Pères [de l’Église] vont plutôt dans le sens contraire." Pourquoi? Sans doute par crainte des antitrinitaires pour qui " cette appellation [‘dieu unique-engendré’] le distinguait trop nettement [le Fils] du Père ".

Quoi qu'il en soit, la leçon retenue par les Témoins de Jéhovah trouve bel et bien appuie sur des manuscrits très anciens fiables et universellement reconnus. L'ancienneté de ces manuscrits joue d'ailleurs en faveur de cette leçon particulière, car il est généralement reconnu que plus un document est proche de la version originale, plus il est fiable.

Conclusion

A ce stade, chacun à le choix : ou il accepte les notions abstraites et philosophiques attribuées à toutes ces expressions — Premier-né, commencement de la création de Dieu, Fils de Dieu, Fils unique-engendré — ou il les considère au pied de la lettre, sans chercher midi à quatorze heure. Bien entendu, le résultat ne sera pas le même ; car si dans le premier cas le dogme de la Trinité trouve encore ses arguments, dans le second... il est sérieusement mis à mal.

C'est un reproche qui est souvent fait aux Témoins de Jéhovah : ils prendraient trop le texte biblique au sens littéral. Le site Internet lexilogos.com dit même de la Traduction du Monde Nouveau : " La traduction de la secte des Témoins de Jéhovah ne présente pas de contresens particuliers, mais son interprétation de la Bible est puérile, tendancieuse et vicieuse."

Il est clair que l'on peut difficilement reprocher aux Témoins de Jéhovah d'interpréter les expressions bibliques par le biais de la philosophie. Lorsqu'ils lisent que Jésus est " le commencement de la création de Dieu " (Apocalypse 3:14), ils en concluent purement et simplement que Jésus est... le commencement de la création de Dieu ! Ou dit autrement, que Dieu a commencé son oeuvre créatrice en amenant à la vie Jésus. Dés lors, Jésus est le " premier-né de toute la création ", selon Colossiens 1:15, au sens strict du terme.

Est-ce une vision " puérile " des choses ? A vous de voir. Quand à moi, je me garderais bien de qualifier cette façon de traduire le texte sacré en lui donnant les adjectifs " tendancieuse et vicieuse."

Augustin
d’Hippone (354-430 de notre ère) écrivit dans son ouvrage De la Trinité - Livre 1 : " Les écrivains sacrés, il faut le reconnaître, tantôt insinuent que le Père est plus grand que le Fils, et tantôt même le disent ouvertement."
Connaissez-vous ces nombreux textes bibliques qui tendent à démontrer que Jésus est inférieur à son Dieu et Père? Nous allons à présent les examiner ensemble, si vous le voulez bien.

Publié dans La Trinité

Commenter cet article

Carmina 11/08/2015 09:59

Eternel - le bon berger - Psaume 23
Jésus - le bon berger - Jean 10

Eternel donne le repos - Psaume 23
Jésus donne le repos - Matthieu 11

Eternel conduit par le juste chemin - Psaume 23
Jésus est le bon chemin - Jean 14


"Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler."
(Matthieu 11:27)

Est-il possible qu'un ange (une créature donc) reçoive tout de Dieu à tel point que l'ange remplace Dieu dans son rôle de berger, de celui qui donne le repos, qui montre le bon chemin etc.?

Certains disent oui, et donc Jésus peut être un ange, d'autres disent non, et donc Jésus est Dieu (ou le contraire, un imposteur - selon les juifs).

bleu_lagon 03/02/2017 17:48

Bonjour Carmina. Tu cites Math. 11:27 avec justesse. En effet, le rôle de Jésus dans la réalisation du dessein de Dieu est considérable. On pourrait aussi citer dans la même veine Matthieu 28:18 : "Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre." Tout pouvoir. Rien de moins. Peut-on pour autant dire que Jésus remplace Jéhovah Dieu, son Père ? Non. Paul écrit (Philippiens 2:2 à 11) : " C’est pourquoi aussi Dieu l’a élevé [Jésus] à une position supérieure et lui a donné volontiers le nom qui est au-dessus de tout [autre] nom, afin qu’au nom de Jésus plie tout genou de ceux qui sont dans le ciel et de ceux qui sont sur la terre et de ceux qui sont sous le sol, et que toute langue reconnaisse ouvertement que Jésus Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père."

La gloire du Père : voila l'objectif. Jésus œuvre en tout pour cela. Il ne remplace pas Jéhovah Dieu dans Ses fonctions, et encore moins dans Sa position ultime de Dieu tout-puissant. Dieu donne ces pouvoirs et ces missions à Jésus pour que ce dernier Le glorifie et qu'au final "toute langue reconnaisse ouvertement que Jésus Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père."

Paul exprime la même pensée en 1Corinthiens 15:27 et 28 :"Car [Dieu] “ a soumis toutes choses sous ses pieds [ceux de Jésus] ”. Mais lorsqu’il dit que ‘ toutes choses ont été soumises ’, il est évident que c’est à l’exception de celui qui lui a soumis toutes choses. Mais lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même se soumettra aussi à Celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit toutes choses pour tous."

Carmina 10/08/2015 01:32

Qui est l'ange médiateur de Job 33:23 qui fait soritr l'ame de la fosse en lui enseignant comment faire? N'est pas Jésus le seul médiateur, surtout que le verset suivant parle d'une rançon que Dieu a trouvé? Et Zacharie parle d'une alliance scellée par le sang en 9:11 qui fait soritr l'ame de la fosse, donc la Nouvelle Alliance scellée par le sang de Jésus?
L'ange de Job 33:23 n'est pas Jésus donc?

Thomas 22/04/2015 12:29

"Il est clair que l'on peut difficilement reprocher aux Témoins de Jéhovah d'interpréter les expressions bibliques par le biais de la philosophie. Lorsqu'ils lisent que Jésus est " le commencement de la création de Dieu " (Apocalypse 3:14), ils en concluent purement et simplement que Jésus est... le commencement de la création de Dieu !"


Dommage qu'ils ne fassent pas la même chose quand la Bible dit que Jésus est Dieu (Esaïe 9:6 ou Jean 20:28 entre autres...). Il faut rester cohérent, quand le texte nous arrange on le prend au pied de la lettre et lorsqu'il ne nous arrange pas on va chercher des "considérations philosophiques". Ce n'est pas ce que j'appelle une étude sérieuse de la Bible.

bleu_lagon 23/05/2015 00:02

Créer ou engendrer... La différence existe mais en réalité, elle est bien mince. Car celui qui est engendré existait-il depuis toujours avant d'être engendré ? Ne vient-il pas à la vie au moment ou il est engendré ? Certes ! Par conséquent, quel que soit le verbe que l'on utilise, ils sous-entendent tous les deux que le Fils unique-engendré de Dieu est venu à l'existence à un moment donné. Il a pris vie à un moment donné.

Avant d'être engendré par vos parents, vous n'existiez pas. Avant de devenir le Fils unique-engendré de Dieu, Jésus n'existait pas non plus. Il fut le "premier-né de la création de Dieu", "le commencement de la création de Dieu". Tel est l'enseignement de la Bible, ce à quoi je crois.

Thomas 22/05/2015 09:51

Il est unique en ce sens qu'il est le seul "engendré" par Dieu. Il n'a pas été "fabriqué" comme l'ont été la terre ou les humains.

D'après le Larousse :
Engendrer : "En parlant des êtres vivants mâles, ou des deux parents, procréer, reproduire par génération"
Créer : "Faire que quelque chose, un être existe, spécialement en parlant de Dieu"

C'est bien différent. Une mère qui accouche ne crée pas un être humain mais l'engendre c'est le B.A BA.

bleu_lagon 20/05/2015 10:52

J'ai écrit : " Le Fils premier-né de Dieu n'est pas unique : comme tous les autres anges, il est lui aussi un "fils" de Dieu."

Jéhovah a de nombreux "fils" céleste. L'un d'eux est "le premier-né". Il est le seul premier-né, c'est sûr. En cela, il est "unique" ! Il n'a pas un frère jumeau !

Thomas 19/05/2015 15:27

"Le Fils premier-né de Dieu n'est pas unique"

OK alors inutile de continuer à discuter, je ne peux pas te suivre là-dessus...

Quant à Colossiens 2:9, il se passe très bien de commentaires et de "considérations philosophiques" :
"Car c'est en lui qu'habite corporellement toute la plénitude de la divinité"

Trouve moi une créature au sujet de laquelle la Bible dit la même chose...

bleu_lagon 10/05/2015 00:32

Toutes les créatures célestes (les anges et aussi les démons) sont de nature divine. Ils sont tous de la même nature que leur Créateur. Ils vivent dans les mêmes "sphères" que Lui, le voient, lui parle. Le Fils premier-né de Dieu n'est pas unique : comme tous les autres anges, il est lui aussi un "fils" de Dieu.

Par ailleurs, si tu cites un verset biblique pour appuyer une affirmation, merci de commenter aussi ta citation, en disant clairement pourquoi tu penses que tel ou tel texte des Ecritures confirme telle ou telle croyance.

Benouala 17/04/2014 14:40

Engendré ou créé?
Là est la différence.
Engendré et créé ne sont pas synonymes!

bleu_lagon 10/05/2015 00:38

Affirmation gratuite qui ne repose sur aucune base biblique. Si Dieu veut créer un être semblable à Lui, de la même nature divine que Lui, rien ne l'en empêche. Et c'est bien ce qu'Il a fait, du reste... en créant une multitude d'êtres semblables à Lui de part leur nature divine. Ses anges sont ses fils, comme Jésus, et tous partagent sa nature divine. De fait, si les anges ne sont pas de nature divine, eux qui vivent en présence de Dieu, le voient et parlent avec Lui, de quelle nature sont-ils donc ?

Thomas 09/05/2015 10:44

engendré = "issu de" (partage la nature du "géniteur")
créé = "fabriqué" (ne partage pas la nature du créateur)

Je pense que la Bible est assez claire pour choisir entre ces deux sens à propos de Jésus...

bleu_lagon 28/03/2015 02:26

Peux-tu tenter d'expliquer la différence, en ce qui concerne Jésus ?

GRENIER 09/12/2012 18:23

Bonjour,

Merci pour votre analyse qui vient compléter mes recherches bibliques sur les documents de la Watchtower!
En particulier sur Jean 1:18 sur votre thème 'Fils unique engendré', sous le sous-titre Dieu unique engendré:
Dans la traduction interlinéaire du Royaume, le terme 'monogénês' n’apparaît pas dans le texte grec de Wescot/Hort;

Vos références aux manuscrits P66 entre autres, m'ont éclairé.

Pouvez-vous m'indiquer si on les retrouve dans les publications TJ?

Cordialement