Définition du monothéisme biblique

Publié le par bleu_lagon

" Au commencement la Parole était, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était un dieu. "

C'est ainsi que les Témoins de Jéhovah ont traduit Jean 1:1 dans leur Traduction du Monde Nouveau (TMN), édition révisée de 1995. Toutefois, comme nous l'avons vu dans ma note précédente, ils n'ont pas innové en la matière. On retrouve la même leçon la parole était un dieu dans plusieurs versions de la Bible en langue anglaise ou allemande, dès 1808.

Cependant, même si le texte grec autorise cette leçon, celle-ci soulève les objections suivantes :
Dire que la Parole est un dieu aux côtés de Dieu sous-entend la coexistence de plusieurs dieux, en l'occurence un "grand" Dieu (avec une majuscule) et un autre, plus "petit".
La conclusion précédente semble incompatible avec le monothéisme juif et chrétien, tel qu'il est couramment admis.

Pour répondre à ces objections légitimes, il serait bien de définir tout d'abord ce que l'on entend généralement par " monothéisme ".

CONSULTONS LES DICTIONNAIRES

Notons les définitions des mots monothéisme et polythéisme, puis réfléchissons au sens des termes monothéiste et polythéiste.

Monothéisme :
Religion qui n'admet qu'un seul dieu (linternaute.com)
Croyance en un dieu unique (unique = qui est seul de son espèce ; très différent, très supérieur aux autres ; mediadico.com).

Polythéisme :
Religion dans laquelle on admet l'existence de plusieurs dieux (linternaute.com)
Doctrine religieuse qui admet l'existence de plusieurs dieux (mediadico.com)

Le verbe 'admettre' a dans ces définitions le sens d'accepter (ou pas), de reconnaître, de tolérer.

Monothéiste :
Qui croît en un dieu unique (mediadico.com)
Qui adore un seul Dieu (dico-definitions.com).

Concernant ces deux dernières définitions, pensez-vous que croire en un dieu unique est véritablement la même chose qu'adorer un seul dieu? Réfléchissez-y. Nous allons y revenir.

Voici la définition d'un polythéiste :
— Personne qui croit en plusieurs dieux (cocoledico.com)
Pour suivre la logique de dico-definitions.com, on pourrait aussi ajouter la définition ' qui adore plusieurs dieux '.

Voyons à présent si ces définitions correspondent à l'enseignement biblique.

" IL EXISTE RÉELLEMENT PLUSIEURS DIEUX "

Tout ce qui est adoré peut être appelé dieu (θεός, théos, en grec), étant donné que l’adorateur lui attribue une puissance supérieure à la sienne et le vénère. Vénérer signifie éprouver un profond respect pour quelque chose ou quelqu'un. Les synonymes de vénérer sont admirer, adorer, déifier, estimer, respecter ou révérer.

Voila qui nous permet de comprendre ces paroles de l'apôtre Paul (1Corinthiens 8:5, 6 ; Segond) : " Car, s'il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs, néanmoins pour nous il n'y a qu'un seul Dieu, le Père."

Avez-vous noté? " Il existe rellement plusieurs dieux ", déclare Paul. Qu'est-ce que cela signifie? Qu'il admet l'existence de plusieurs dieux? Manifestement, oui. Cela fait-il de lui un polythéiste, un adorateur de tous ces dieux dont il reconnaît l'existence? Sûrement pas ! Bien qu'il reconnaisse l'existence de ces nombreux dieux, Paul dit que pour nous (et lui) il n'y a qu'un seul Dieu, le Père. En clair, l'apôtre admet l'existence d'autres dieux, mais il n'en adore qu'un seul (ce qui est précisément la définition d'un monothéiste selon dico-definitions.com).

De ce seul texte de la Bible nous pouvons donc déduire que la plupart des définitions que l'on donne du nom monothéisme ne sont pas réellement en accord avec les saintes Ecritures. Si un monothéiste est quelqu'un qui n'adore qu'un seul Dieu, le monothéisme peut se définir comme la religion qui admet l'existence de plusieurs dieux mais qui ne tolère l'adoration que d''un seul Dieu.

Paul fait allusion aux " êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre ". De qui parle-t-il, au juste?

DES DIEUX SUR LA TERRE...

Il y a de nombreux dieux dans la Bible, certains plus connus que d'autres. Voyons-en quelques-uns.

Baal, Molek, Nisrok. Qu'évoque pour vous ces noms que l'on trouvent dans la Bible? Oui, ce sont des divinités que les hommes ont créé à leur image quand ils ' ont troqué la vérité de Dieu contre le mensonge et qu'ils ont vénéré la création — lui offrant un service sacré — plutôt que Celui qui a créé ' (Romains 1:25). Ces dieux, ' sur la terre ', ne sont que du vent, un mensonge sans aucun pouvoir de guérison et incapable de porter le moindre secours (comparez avec Psaumes 115:3-8).

A part les idôles des hommes, il y a d'autres dieux sur la terre, selon la Bible. Souvenez-vous de ceux que Jésus évoque en Jean 10:34 à 36, passage biblique dont nous avons déjà parlé durant notre analyse de Jean 10:30. Les dieux en question se révèlent être des juges humains que Jéhovah Dieu lui-même qualifie de ' dieux ' et de ' fils du Très Haut ' (en Psaume 82 versets 1, 2 et 6). Notez qu'il n'est pas question de faux dieux, ici ! Pas plus d'ailleurs qu'en Exode 4:16 et 7:1. Prenons ces versets dans la Bible de Jérusalem. Dans le premier texte, Dieu parle à Moïse.

— C'est lui [Aaron] qui parlera pour toi au peuple ; il te tiendra lieu de bouche et tu seras pour lui un dieu.
Yahvé dit à Moïse : " Vois, j'ai fait de toi un dieu pour Pharaon, et Aaron, ton frère, sera ton prophète.

La Bible de Jérusalem met le mot dieu avec une minuscule dans ces deux versets, mais il faut savoir que le texte hébreu suggère fortement la majuscule dans les deux cas. En effet, on trouve lé’lohim à chaque fois. Or, lé’lohim est un pluriel, le même genre de pluriel qui est utilisé pour souligner la majesté et la grandeur de Jéhovah quand le titre Dieu lui est appliqué. Certains traducteurs ont d'ailleurs choisi de souligner ce pluriel en mettant une majuscule au mot Dieu, en Exode 4:16 et 7:1. C'est le cas de la Bible Segond, par exemple, ou encore de la TMN. Exode 7:1 se lit ainsi dans la version Segond : L'Éternel dit à Moïse: Vois, je te fais Dieu pour Pharaon ".

Jéhovah n'a pas créé un faux dieu en nommant Moïse ainsi, c'est évident. Moïse fut donc un vrai ' Dieu ' pour son frère Aaron et pour Pharaon. C'est une vérité biblique. L'accepter ne fait cependant pas de nous des polythéistes. Car même si des juges humains ou Moïse ont été qualifiés de dieux par Jéhovah, il n'empêche que Lui seul mérite notre adoration. Un monothéiste n'adore qu'un seul Dieu, quand bien même il accepte l'existence d'autres dieux, qu'il s'agisse des dieux sur la terre ou...

ET DES DIEUX AU CIEL
 

Il y en avait deux que nous avons cité en introduction de cette étude :
Dire que la Parole est un dieu aux côtés de Dieu sous-entend la coexistence de plusieurs dieux, en l'occurence un "grand" Dieu (avec une majuscule) et un autre, plus "petit".

C'est exact. Mais cela ne devrait pas nous surprendre outre mesure. Les anges aussi sont qualifiés de ' dieu ' et même Satan porte ce titre qui signifie puissant, fort.

La conclusion précédente semble incompatible avec le monothéisme juif et chrétien, tel qu'il est couramment admis.

Non, le monothéisme biblique n'exclut absolument pas l'existence d'êtres spirituels qualifiés de dieux, aux côtés du seul Vrai Dieu, Jéhovah. Cette vérité biblique est d'ailleurs reconnue par certains biblistes.

Citons ce commentaire sur l’Évangile de Jean (chapitres 1-6) de Ernst Haenchen : " À l’époque, théos et hothéos (‘ dieu, divin ’ et ‘ le Dieu ’) ne désignaient pas la même chose. [...] En fait, pour [...] l’évangéliste, seul le Père était [hothéos ][' le Dieu ’] (cf. 17:3) ; ‘ le Fils ’ lui est subordonné (cf. 14:28). Mais cela n’est que suggéré ici, parce que précisément l’accent doit être mis sur leurs relations étroites. [...] Dans le monothéisme juif et chrétien, il était tout à fait possible de parler d’êtres divins existant aux côtés et sous l’autorité de Dieu, tout en étant distincts de lui. Phil 2:6-10 le prouve. Dans ce texte, Paul présente justement comme un être divin celui qui devint l’homme Jésus Christ [...]. Par conséquent, ici comme en Jean 1:1, il n’est pas question d’une relation dialectique deux-en-un, mais de l’union de deux personnes distinctes. " — DasJohannesevangelium, Tübingen, 1980, p. 116.

Origène, dans son Commentaire sur l'Évangile de Jean (Livre II, 2) écrivit : " Le Logos (...) est un être d'un rang plus élevé que les autres dieux à côté de Lui, desquels Dieu est le Dieu, comme c'est écrit: " Le Dieu des dieux, le Seigneur, a parlé et a appelé la terre " (...) Le vrai Dieu, ainsi, est " Le Dieu ", et ceux qui sont formés après Lui sont des dieux, images de Lui, le prototype. "

Certes ! La définition du monothéisme que l'on trouve dans la plupart des dictionnaires ne correspond pas au monothéisme tel que l'entend la Bible. Et cette confusion, disons-le, arrange bien les partisans de la trinité qui y voit une aubaine pour la critique des Témoins de Jéhovah. Il n'empêche que certains dictionnaires définissent très correctement ce qu'est un véritable monothéiste : personne qui adore un seul Dieu (dico-definitions.com). Et c'est bien ce qui caractérise les Témoins de Jéhovah qui ne rendent un culte qu'à Jéhovah, le Seul Vrai Dieu.

 

Publié dans La Trinité

Commenter cet article

Thomas 10/02/2015 15:51

Petit bémol :

En Deutéronome 6:4 (un seul Jéhovah), le terme “un seul” est la traduction du mot hébreu “echad”, qui veut dire “un”. Il faut toutefois souligner que le “un” exprimé par le mot echad n’est pas un “un” singulier mais plutôt une unité composite.

Ceci se comprend mieux dans les autres utilisations d’echad dans la Bible.

"24 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule (echad) chair.” (Genèse 2 : 24)

“6 Et l’Éternel dit: Voici, ils forment un seul (echad) peuple et ont tous une même langue, …” (Genèse 11 : 6)

bleu_lagon 27/03/2015 19:36

Deutéronome 6:4 peut aussi être rendu comme suit :

“ Jéhovah est notre Dieu, Jéhovah est un seul [ou il y a un seul Jéhovah] ”. Lit. : “ Jéhovah notre Dieu [est] Jéhovah seul (ou unique) ”. Héb. : Yehwah ʼÈlohénou Yehwah ʼèḥadh.

Si ʼèḥadh.peut parfois désigner une entité composée de plusieurs, ce n'est pas toujours le cas. Il a d'ailleurs plus souvent le sens d'un seul, non composite.

Voici comment elles sont rendues dans La Bible de Jérusalem: “Écoute, Israël: Yahvé notre Dieu est le seul Yahvé.” Du point de vue grammatical, le mot “seul” n’est accompagné d’aucun modificatif au pluriel suggérant qu’il se rapporte à plus d’une personne.

De fait, comment les juifs, aujourd'hui encore, comprennent-ils cette déclaration divine ?

Selon Joseph Hermann Hertz, naguère grand rabbin d’Angleterre, “ cette sublime affirmation d’un monothéisme strict était une déclaration de guerre à tout polythéisme [...]. Le Shema ne laisse aucune place à la trinité des chrétiens, qui constitue une négation de l’Unité de Dieu ”.

Extrait du Réveillez-vous! 1979 du 08/03, page 28 :

" Que signifie l’expression “un seul Jéhovah”?

Le contexte nous apprend que Moïse venait de finir de répéter les Dix Commandements à “tout Israël”. (Deut. 5:1-22.) Le premier de ces commandements disait: “Tu ne dois jamais avoir d’autres dieux contre ma face.” (Deut. 5:7). En déclarant que le Dieu d’Israël était “un seul Jéhovah”, Moïse mettait sans doute en cause deux aspects du faux culte des nations gentiles. Lesquels?

D’une part, ces nations étaient polythéistes; elles adoraient beaucoup de dieux, alors qu’Israël n’avait qu’un seul Dieu, Jéhovah, comme l’apôtre Paul le rappela clairement: “Bien qu’il y ait ceux qu’on appelle ‘dieux’, soit au ciel, soit sur la terre, tout comme il y a beaucoup de ‘dieux’ et beaucoup de ‘seigneurs’. cependant pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père.” — I Cor. 8:5, 6.

D’autre part, même dans les cas où des Gentils adoraient un dieu particulier, ce dieu revêtait des aspects différents suivant l’endroit où son culte se déroulait. Ainsi, les Écritures montrent que Baal, dieu unique, donna lieu à différents Baals régionaux, Baal de Péor en Moab, Baal-Bérith à Sichem et Baal-Zébub à Écron (Nomb. 25:3, 5; Juges 8:33; II Rois 1:2-6). Quant aux répercussions que cela entraînait sur l’unité du culte du dieu, l’orientaliste E. Rosenmüller souligna au début du siècle dernier que les Gentils adoraient “non seulement beaucoup de dieux, mais encore que la sottise de leurs coutumes religieuses était telle, qu’ils adoraient leur seul et même dieu sous des noms différents, comme s’il se multipliait en autant d’autres dieux”. Lorsque ces gens adoraient “Baal” chacun à leur manière, c’est comme si le nom “Baal” recouvrait en fait de nombreux dieux. D’ailleurs, voici l’exemple que donne un Dictionnaire de théologie de l’Ancien Testament paru en langue anglaise il y a quatre ans:

“On pourrait très bien comparer les multiples manifestations ‘régionales’ du culte de Baal à celles du culte de Marie chez les catholiques. Tout comme on parle de Notre-Dame de Paris, de Lourdes ou du Nord, on peut très bien parler du Seigneur [Baal] de Zaphon, de Sidon ou d’Ugarit, même s’ils ne représentent dans notre esprit que de simples modifications du même personnage.” — Tome II, p. 186.

À l’inverse de ces superstitions, Moïse déclara que le dieu d’Israël était un “seul Jéhovah”, ce qui signifiait que Jéhovah était le seul et unique Dieu. Il devait être adoré uniquement ainsi, et non pas divisé en différents “Jéhovahs” régionaux, comme c’était le cas pour les “Baals”. — Juges 2:11; 3:7; 8:33." (Fin de citation).

Celui qui veut voir un pluriel dans le mot 'éḥadh, en Deutéronome 6:4, en confirmation de sa croyance en la trinité, le fait donc sans raison véritablement inébranlable... une fois de plus.

chayR 11/10/2010 14:47


Bonjour Lagon Bleu,

" Le vrai Dieu, ainsi, est " Le Dieu ", et ceux qui sont formés après Lui sont des dieux, images de Lui, le prototype".

Certes, et c'est pour cela que le Qour'an (Coran), dit :
al lah (Allah) ; al = le , lah = Dieu.
C'est pourquoi il faut dire en français : le Dieu.
Car le Dieu n'est pas un dieu quelconque parmis les dieux. Il est le Seul Dieu. Le Dieu Unique de l'Univers.
Même si d'aucun pense à la trinité dont ce n'est pas ici le propos.

chayR.


bleu_lagon 12/10/2010 10:43



Merci chayR pour ton commentaire. Pour rejoindre ce que tu dis sur " le Dieu ", on peut aussi se souvenir qu'en hébreu le mot Dieu est Elohim. Ce mot est un pluriel dit de grandeur, ou
de majesté (voir mon étude sur Genèse 1:1). Voila pourquoi les auteurs de la Traduction du monde nouveau rendent ce mot par " le Vrai Dieu " quand il concerne Jéhovah. Jéhovah, en effet est
unique, le seul digne de notre adoration. Cordialement.



marsault 05/10/2010 16:09


Merci bleu lagon de ce beau texte.Bisous de Nissan de Q/r


bleu_lagon 05/10/2010 17:56



Merci à toi pour cette marque de reconnaissance. As-tu appris quelque chose de nouveau? As-tu été surprise par certaines informations contenues dans cette page? Je serais heureux que tu m'en
dises plus, à l'occasion. Avec mes chaleureuses salutations. Bleu_lagon.